mercredi 8 juin 2016

Qu'est-ce qu'un cosmétique Ecocert ?

 


Qu’est-ce qu’Ecocert ?












Ecocert est un organisme de contrôle et de certification français.
Ecocert contrôle des produits alimentaires mais aussi des cosmétiques.
 
Pour bénéficier de la certification Ecocert, un produit doit être soumis à des contrôles réguliers sur l’ensemble de la chaîne de fabrication. Ces contrôles permettent de s’assurer que le produit est conforme aux exigences du cahier des charges défini par Ecocert.
 
Ce référentiel technique a été élaboré avec tous les intervenants de la chaîne de production et garantit au consommateur un niveau de qualité et d’écologie du produit.
 

Qu’est-ce qu’un cosmétique Ecocert ?

 
Il existe deux types de certification Ecocert pour les cosmétiques :
 
• Le label Cosmétique écologique qui assure que :
 
- 50% minimum des ingrédients végétaux de la formule doivent être issus de l’agriculture biologique.
- 5% minimum du total des ingrédients doivent être issus de l’agriculture biologique.


• Le label Cosmétique biologique qui assure que :
 
- 95% minimum des ingrédients végétaux de la formule doivent être issus de l’agriculture biologique.
- 10% minimum du total des ingrédients doivent être issus de l’agriculture biologique.


Ces 2 certifications ont des niveaux d’exigences différents, le plus difficile à obtenir étant celui qui concerne les cosmétiques biologiques.

 

10% d’ingrédients bio, c’est peu, non ?

 
L’eau n’est pas un ingrédient que l’on peut certifier biologique. Voilà pourquoi les taux minimums d’ingrédients bio peuvent sembler faibles mais cela s’explique par la forte teneur en eau des cosmétiques.
 
Il ne faut donc pas se fier uniquement à cette donnée car Ecocert prend également en compte la démarche globale : le mode d’obtention des ingrédients, leur qualité, leur degré de pureté et tout le processus de fabrication du produit.

 

Un cosmétique Ecocert peut-il contenir des ingrédients d’origine animale ?

 
Ecocert interdit l’utilisation d’ingrédients provenant d’animaux à l’exception de ceux produits naturellement par eux comme le lait, le miel, les œufs…

 

Un cosmétique Ecocert peut-il contenir des ingrédients synthétiques ?

 
Une majeure partie des ingrédients issus de la synthèse sont interdits : colorants, antioxydants, parfums… Mais certains sont tolérés à faible pourcentage dans la formule quand ils n’ont pas de substitut naturel efficace.
 
Une quinzaine d’ingrédients triés sur le volet sont autorisés et la liste est régulièrement mise à jour en prenant en compte la recherche sur les cosmétiques naturels qui évolue sans cesse et les études scientifiques autour de la santé humaine concernant certaines substances. Ainsi, le parabène a été interdit en 2009 par principe de précaution.

 

Elaborée par l’association interprofessionnelle Cosmébio, la Charte de la Cosmétique Ecologique et Biologique, faisant office de référentiel, a été déposée au Ministère de l’Industrie en avril 2003 par Ecocert, organisme certificateur indépendant agréé par l’Etat, qui en garantit depuis l’application après avoir participé à son élaboration.

Ce référentiel très exigeant exclut notamment les produits d’origine pétrochimique tels que la paraffine ou le silicone, les produits éthoxylés ou glycolés (PEG, etc.) et la plupart des conservateurs de synthèse dont les générateurs de formaldéhyde, les parabens et le phénoxyéthanol.

Outre une liste négative qui écarte d’emblée plusieurs ingrédients problématiques, chaque matière première utilisée fait l’objet d’un agrément pointilleux par l’organisme certificateur tant à l’égard de ses composants que de sa traçabilité, de son mode de production, de transformation ou de conservation qui doivent être conformes aux exigences écologiques du référentiel.

La certification s’applique également aux emballages qui doivent être recyclables et à l’environnement des sites de production, à la gestion de leurs déchets, aux méthodes de fabrication ou de stérilisation (l’irradiation est proscrite) et aux modes de nettoyage ou d'entretien du matériel de conditionnement (absence de dérivés chlorés).


Quelques ingrédients proscrits


Chlorhydrate d’aluminium : utilisé dans les déodorants pour bloquer la transpiration, il agit sur les glandes sudoripares. On le suspecte d’être cancérigène du fait même de cette action glandulaire.

Cocamide DEA : épaississant générateur de Nitrosamines, cancérigènes.

DMDM hydantoïne : conservateur générateur de formaldéhyde, suspecté d’être cancérigène à forte dose.

Parabens : conservateurs très répandus sous différentes formes (butyl, isobutyl, méthyl, éthyl, propyl, benzyl…) dans les médicaments et les cosmétiques. Ils agissent contre le développement des levures et des moisissures. Une étude (menée par l’équipe anglaise du Dr. Dabre ) a jeté le doute sur leur innocuité. Leur présence, par bio-accumulation, dans les tissus mammaires les a fait suspecter d’être à l’origine de certains cancers du sein. Cette étude, qui vise entre autres l’activité oestrogénique du benzyl-paraben, reste très discutée au vu du faible nombre de cas répertoriés, mais le principe de précaution conduit à les écarter.

Parafinum liquidum, Petrolatum : produits chimiques issus de la distillation du pétrole, produits inertes fortement occlusifs. D’usage aisé en raison de leur stabilité, ils sont très prisés par la cosmétique conventionnelle.

PEG (polyéthylène glycol) : produit chimique utilisé comme émulsifiant ou solubilisant issu de gaz toxique.

Phénoxyéthanol : conservateur de la classe des éthers de glycol. Très controversé et régulièrement attaqué par la Revue « Que Choisir », il agit en synergie avec les Parabens.

Phtalate (diéthyl ou DEP) : solvant et dénaturant de l’alcool imposé par l'Administration afin de prévenir les fraudes à l’égard de l’alcool de bouche. Melvita opère avec de l’alcool non dénaturé ou de l'alcool bio.

Propylène Glycol : hydratant et solvant d’origine chimique, à fonction conservatrice, réputé sensibilisant et allergisant à haute dose. Il est cytotoxique in vitro au delà de 5%. Très utilisé comme solvant dans la cosmétique conventionnelle. Tous les dérivés du Glycol (PEG, PPG…) sont suspects sur le plan de la santé lorsqu’ils sont appliqués à forte dose.
Silicone (Diméthicone, Cyclométhicone…) : agent filmogène de synthèse souvent d’origine pétrochimique, non biodégradable et partiellement occlusif pour la peau. Son toucher soyeux et très agréable en a fait l’un des principaux ingrédients de la cosmétique conventionnelle.


Aucun commentaire: