vendredi 5 août 2016

Le Co-wash et le No poo





Bonjour

J'aimerais vous parler cheveux et surtout shampoing !

J'ai été obligée de remettre en question ma routine cheveux il y a quelques années suite à la naissance de ma fille. 
Avant, c'était plutôt classique : Shampooing, après shampooing et de temps en temps un masque. Le tout venant de la grande distribution. Mais ça, c'était avant !

Il y a six ans, pendant ma grossesse, j'ai fait une sorte d'allergie. cuir chevelu irrité, plaques rouges, horriiibles démangeaisons. Catastrophe !

Médecins et coiffeurs mettent en cause mon état : "Tout reviendra à la normale après l'accouchement, ne vous inquiétez pas !"
"Oui, mais en attendant ? Il reste 4 mois !"
"..."

Bon direction la pharmacie puis mon magasin bio favori et voyons ce qui s'y passe.
Et j'ai tout essayé. Les shampooings bio, les pour bébés, les solides qui se rincent, les solides en poudre qui se brossent et même le no poo.

Grosse amélioration : plus de plaques rouges. Mais toujours ces satanées démangeaisons. J'ai même fais une très belle poussée de pellicules avec le no poo. Sans parler de la transformation de ma chevelure en paille incoiffable.

Seconde catastrophe : ma fille, mon bébé, a rapidement présenté les même plaques rouge et démangeaisons que moi. Couplées à de magnifiques plaques de lait. Un pur bonheur !
Entre nous, mon état capillaire ne s'est absolument pas amélioré après la naissance de ma fille !



J'ai donc posé noir sur blanc tout ce que j'avais déjà essayé, en notant les améliorations et mes déceptions.
Le constat était sans appel :
          - Les plaques rouges sont causées par les parabens, le  phénoxyéthanol et autres conservateurs utilisés à forte dose dans certains shampoings (même solides, eh oui !!!).
          - Les démangeaisons, quand à elles sont dues aux sulfates. Sodium laureth sulfate, SLES, sulfates, Ammonium Lauryl Sulfate… même combat ! Si ça mousse, c'est cra cra ! (dixit ma fille).

Les sulfates sont utilisés comme agent moussant et tensioactif, c’est-à-dire qu’ils servent à disperser les corps gras dans l’eau. Ils aident ainsi à débarrasser de la « crasse » que l’on a sur le corps et les cheveux par le biais d’une puissante action chimique. Or, le petit hic, c’est que ces agents qui font mousser le shampooing (même bio !) avec lequel vous vous massez gaiement le cuir chevelu sont aussi présent dans la plupart des produits d’entretien, le liquide vaisselle ou encore dans les détergents..

La formation de mousse d'un produit de douche n'a rien à voir avec leur force de lavage. Même un produit qui mousse à peine peut nettoyer parfaitement.

K.-P. Wittern de la société Beiersdorf explique : « La force de mousse est signe qu'il n'y a plus rien à laver et qu'il ne reste plus aux tensioactifs qu'à faire des bulles. Mais le consommateur, lui, est persuadé qu'un shampooing qui ne mousse pas ne lave pas bien, et il est très difficile de lui enlever cette idée de la tête ».


Il nous faut donc, à ma fille et à moi, une méthode de lavage douce, sans conservateurs (ou juste un peu si ils sont "safe"), sans sulfates, qui respecte les cheveux et pas hors de prix (eh oui, c'est important aussi).


Et brutalement de blog en blog, je suis tombée sur un article sur le Co-wash !!!

Une révélation !



Le Co-wash entre aussi dans la démarche No/Low poo.

Il y a plusieurs façons d'utiliser cette méthode :


1. Le No poo = c'est lorsqu'on abandonne complètement le shampooing.

     - Version soft : on se lave les cheveux seulement avec de l'après shampooing = Co-wash.
     - Version classique : un lavage au bicarbonate de soude (ou au Rhassoul) suivi d’un rinçage au vinaigre de cidre, en ayant recours à un shampooing sec à la fécule de maïs entre deux lavages.
     - Version ultime : le water only. Uniquement un rinçage à l'eau.

2. Le Low poo = c'est lorsqu'on choisit de faire des co-wash entre les shampooings pour rafraîchir ses cheveux sans avoir à faire des shampoings trop réguliers.



Co-wash qui est en fait la contraction de conditioner wash en Anglais.
Pourquoi? Parce que les après-shampooings à la base contiennent eux aussi des agents lavants mais aussi des agents chargés de restaurer l'hydratation de nos cheveux. Ils sont donc plus doux que les shampoings, ne vont pas assécher nos cheveux et nous apporter de l'hydratation.



  • C'est quoi exactement ?

Un soin plus doux et sans risque pour une chevelure sensibilisée . La tendance est venue des États-Unis, où des jeunes femmes ont remplacés leur shampoing, jugé trop décapant par de l'après-shampoing. C'est devenu un concept, dont certaines marques se sont inspirées pour créer un soin enrichi en agents lavants, estampillé « low poo » (pour low shampoo, littéralement shampoing faible).




  • Quelle est la différence avec un shampoing classique ?

Les low shampoo ne contiennent pas de tensio-actifs comme les sulfates. Les agents lavants utilisés sont plus doux et en moindre quantité. Ce sont, par exemple, des dérivés de sucre, comme le lauryl glucoside. Doux, il mousse peu, et respecte donc davantage le cuir chevelu. La formule contient également davantage d'agents de « soin ».
Le choix de l’après-shampooing est capital pour la réussite de la méthode co-wash. Il faut absolument éviter les après-shampoings avec silicones car ils vont alourdir les cheveux. Il faut donner la priorité aux textures légères qui sont facile à rincer. Ne pas utiliser d’après-shampooings sans rinçage car ils ne vont pas nettoyer les cheveux.



  • Pourquoi éliminer les sulfates et les silicones ?

Les premiers sont des agents lavants et moussants très utilisés dans les shampooings (toutes marques confondues excepté les gammes bio). Ils lavent parfaitement et reviennent très peu cher au fabriquant. Le hic ? Ils sont (trop) décapants. Donc peu respectueux du cuir chevelu et des longueurs. Les seconds permettent de gaîner et de lisser la fibre capillaire . Et peuvent à terme « étouffer » les longueurs. Depuis deux ans, nombreuses sont les marques qui les suppriment de leurs formules. Les shampooings doux peuvent également contenir des sulfates. Mais ils sont associés à d'autres tensio-actifs, afin de créer une base lavante équilibrée.



  • Est-ce que ça lave bien ?

Même s'ils ne contiennent pas de tensio-actifs moussants, les low shampoo lavent plutôt bien le cuir chevelu et les fibres capillaires. En revanche, si la chevelure est très sale ou si on utilise beaucoup de produits coiffants, mieux vaut se laver les cheveux avec un vrai shampooing ! Les cheveux ont malgré tout besoin d'être lavés, et surtout le cuir chevelu , une zone qui sécrète beaucoup de sébum. Il faut donc un produit nettoyant qui élimine ce sébum sans pour autant irriter le cuir chevelu. Les shampooings doux répondent parfaitement aux besoins de celles qui veulent laver leurs cheveux très régulièrement, voire quotidiennement, sans les abîmer et avec un rendu cosmétique de qualité.



  • C'est pour quel type de cheveux ?

Plutôt pour les cheveux secs à normaux, lisses ou bouclées . Donc, également pour les crinières colorées, les tignasses permanentées, les longueurs lissées et toutes les fibres un peu sensibilisées par le soleil, l'eau chlorée des piscines. En revanche, mieux vaut éviter de l'utiliser sur des cheveux mixtes ou gras, qui auraient tendance à regraisser très vite !



  • Comment on l'applique ?

En prélevant la même quantité qu'un shampooing. On l'applique en le répartissant bien sur le cuir chevelu et sur les longueurs. On émulsionne avec de l'eau plusieurs fois si nécessaire, et on masse le tout. Il n'y pas de « développement » de mousse, ce qui peut surprendre au début. Une seule application suffit et l'après shampooing devient inutile, sauf si les cheveux sont dénutris ou très bouclés. On peut laisser poser le low shampoo quelques minutes. Le rinçage est un peu plus long qu'avec un shampoing classique, surtout si on a tendance à trop en mettre.



  • On peut l'utiliser tous les jours ?

Oui, ce type de produit peut s'utiliser tous les jours, du fait de sa formulation avec des tensio-actifs doux. On peut commencer par l'utiliser une fois sur deux en alternance avec son shampooing habituel. Puis, à chaque shampooing si on est convaincue !



  • Ça marche aussi sur les cheveux colorés ?

Oui car, grâce aux agents lavants doux, les écailles des cheveux ne sont pas ouvertes avec le low shampoo. Donc la couleur ne dégorge pas et n'est pas altérée à chaque lavage. Il existe d'ailleurs des low shampoo en version cheveux colorés.



Ça a véritablement changé ma vie. Plus de plaques, plus de démangeaisons et de beaux cheveux plein de santé. Même constatation sur la tête de ma fille.
Juste un lavage par semaine et tout va bien !

Et en plus, cerise sur le pompon, il est beaucoup plus facile de trouver des après shampooings nickels en compo même en grande surface !! (eh oui ! surprenant mais vrai!), même chez les non bio !

Reste juste à trouver une marque qui ferait du rechargeable pour que mon bonheur soit total !
Oui, je sais, j'abuse (ou pas) mais il faut demander beaucoup pour obtenir un peu !


Bref, je vais continuer d’enquêter sur le sujet, je vous tiens au courant.

Quel après-shampooing choisir



Emma





Aucun commentaire: